Un regard scientifique sur les monothéismes depuis les origines jusqu’à l’époque moderne


Accueil > Membres

Pascal MUELLER-JOURDAN

par chercheur, claire - publié le , mis à jour le

Programme du LEM

Philosophies et religions

Membre de l’axe 3 « Philosophies et théologies antiques, médiévales et modernes » du Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM/UMR 8584) et Professeur de philosophie ancienne, à la Faculté de théologie de l’Université catholique de l’Ouest (Angers).
Les recherches de Pascal Mueller-Jourdan ont porté depuis l’an 2000 sur les concepts d’espace, de temps et de matière dans le ‘commentarisme’ néoplatonicien d’Aristote et sur leurs incidences dans la (les) « cosmologie » (s) véhiculée (s) à Byzance. Elles s’orientent depuis 2016 vers les théories de la lumière et de la perception sensorielle.
Il a collaboré par ailleurs depuis 2012 au projet « La théologie byzantine et sa tradition ».

Voir le CV de Pascal Mueller-Jourdan.

Domaines de recherche

 Les réceptions d’Aristote et de Platon dans l’Antiquité tardive et la première scolastique byzantine.
 La théologie byzantine et sa tradition.
 Les lectures antiques et tardo-antiques du De Anima et des Parva Naturalia d’Aristote.

Thèmes de recherche

 Les théories de la lumière dans l’Antiquité tardive.
 Les théories de la perception sensorielle dans l’Antiquité tardive.
 Sensation et langage.

Études en cours

 Syméon le Nouveau Théologien (Constantinople, Xe-XIe s.) : Vie, doctrine et histoire de la réception de sa pensée.
 Noms et attributs divins dans la pensée de Proclus de Lycie.
 Conscience sensible et pensée chez Alfred North Whitehead.
 Le rôle du langage dans les processus perceptuels.

Séminaires

PROGRAMMATION DE COURS ET DE SEMINAIRE 2023/2024 – PREMIER SEMESTRE

Travaux dirigés

Vendredi 09h–10h

"De la place de la musique dans l’éducation et le soin des âmes"

Pour une part importante de la philosophie ancienne, le réel est traversé par des rapports similaires aux rapports qui président à la musique. Tout dans l’univers a vocation à consonner. Faute d’entendre la musique (harmonie et rythme) du réel, pour lui aujourd’hui silencieuse, l’homme est inadapté à son environnement. L’apprentissage de l’Art des Muses et son exercice tout au long de la vie contribuent à l’accorder à l’Univers en déployant et en éduquant sa sensibilité. Nous travaillerons sur le traité de la musique le plus abouti de l’Antiquité tardive, celui d’Aristide Quintilien, platonicien du IIIe siècle de notre Ère. Nous y découvrirons la place centrale de la musique dans le soin qu’il faut accorder à sa propre âme.
Ouvrage de travail : Aristide Quintilien, La musique, trad. et commentaires Fr. Duysinx, Liège, Droz, 1999 (photocopies des textes étudiés fournies)

Philosophie antique I

Vendredi 10h15–12h15 / 13h45–15h45 (15.09.2023–20.10.2023)

"Histoire des idées, des hommes et des systèmes"

La philosophie antique a pour privilège d’être le berceau des interrogations premières, de celles qui n’ont pas rencontré dans l’histoire de la pensée de réponses définitives. Elle quête le permanent derrière l’impermanence des êtres et des choses. Elle vise à atteindre la substance derrière les apparences. Ce point commun à toutes les grandes pensées de l’Antiquité donnera pourtant naissance à des modèles explicatifs du réel souvent peu compatibles entre eux. Nous en étudierons certains dans leur ordre chronologique d’apparition et les mettrons en tension dialectique afin de mesurer pour chacun d’eux sa cohérence, sa pertinence et ses éventuelles limites.

Philosophie antique II

Vendredi 10h15–12h15 / 13h45–15h45 (03.11.2023–08.12.2023)

"Les fondements de l’éthique et du politique. Du modèle platonicien au modèle aristotélicien"

À partir de Socrate qui n’a rien écrit mais qui n’en fut pas moins l’inspirateur de nombreux courants ‘socratiques’, la philosophie grecque, après avoir accordé une place prépondérante aux recherches sur la nature, se tourne vers l’agir humain personnel et en commun, dans une cité à dimension humaine. Il en ressortira une réflexion puissante sur la nature du Politique qui se fonde sur une certaine conception de l’homme et sur son action possible dans un environnement toujours contingent. L’Antiquité voit surgir au moins deux modèles dominants. Celui qui provient de la République de Platon et celui qui vient de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote. Ces deux modèles qui présentent de notables différences se veulent en dernier recours pragmatiques. Il ne s’agit pas de spéculer seulement, mais d’être et d’agir, en pleine possession de ce que la nature et/ou le divin a mis à notre disposition.

Séminaire de philosophie patristique

Mercredi 10h15–12h15

"La Mystagogie de Maxime le Confesseur ou De quoi sont les symboles les rites de la sainte synaxe"

Inspirée par la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys l’Aréopagite et premier commentaire systématique des rites de la Sainte synaxe, la Mystagogie de Maxime le Confesseur exprime la nature d’une théologie du salut dont la liturgie eucharistique est la plus haute attestation. Plus encore, c’est dans le rite de la synaxe liturgique, dans le geste, dans son sens symbolique et dans l’efficace rituel attendue que se manifeste au plus haut degré le témoignage de notre réintégration dans la grâce du royaume de Dieu que nous avions perdue par la rupture de la première alliance. C’est ce que prétend annoncer le début de la liturgie de Saint Jean Chrysostome : « Béni est le Règne du Père, du Fils et du Saint Esprit... ». Il ne s’agit rien moins pour Maxime que de l’irruption intra-historique de notre destinée eschatologique.

Bibliographie sélective

La síntesis teológica de la noción de bien común en patrística,
Pascal Mueller-Jourdan, M. Nebel et C. Sedmak (dir.),
Barcelone, Herder Editorial, 2023.

Typologie spatio-temporelle de l’ecclesia byzantine. La Mystagogie de Maxime le Confesseur dans la culture philosophique de l’Antiquité tardive, Leiden, Brill, Vigiliae Christianae Supplements [volume 74], 2005.

Gloses et commentaire du Livre XI du Contra Proclum de Jean Philopon. Autour de la matière première du monde, Leiden, Brill, Philosophia Antiqua Series, [volume 125], 2011.

Une Initiation à la Philosophie de l’Antiquité Tardive. Les leçons du Pseudo-Elias, Paris, Cerf, Vestigia n° 34, 2007.

The Foundation of Origenist Metaphysics, in The Oxford Handbook of Maximus the Confessor, P. Allen & B. Neil éds., Oxford, Oxford University Press, 2015.

« Maxime le Confesseur. Points fondamentaux de la théologie : Éléments de logique, d’éthique, de physique et de théologie », dans La théologie byzantine et sa tradition, vol. I,1 : VIe-VIIe, C. G. Conticello éd., Turnhout, Brepols Publishers, Corpus Christianorum, 2015, p. 424-505.

« Anonymi ‘Prolegomena in Platonis Philosophiam’ », dans Die Philosophie der Antike 5 : Philosophie der Kaiserzeit und der Spätantike, Schwabe Verlag, 2018.

« La question de l’âme des animaux dans le De Opificio Mundi de Jean Philopon (VIe s.) : entre révélation biblique et psychologie aristotélicienne », dans La restauration de la création. Quelle place pour les animaux ?, Leiden, Brill, 2017, p. 135-156.