Un regard scientifique sur les monothéismes depuis les origines jusqu’à l’époque moderne


Accueil > Ressources

Infrastructures françaises et européennes

par claire - publié le , mis à jour le

Ressources

Infrastructures françaises et européennes

INFRASTRUCTURES FRANCAISES ET EUROPÉENNES

Infrastructures françaises et francophones

Huma-Num
Huma-Num est la très grande infrastructure pour les humanités numériques qui met à disposition un ensemble de services pour le stockage, le traitement, l’exposition, le signalement, la diffusion et la conservation sur le long termes des données numériques de la recherche en sciences humaines et sociales. Elle développe un dispositif technologique unique permettant le traitement, la conservation, l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche. Ouvert à l’ensemble des programmes de recherche de l’enseignement supérieur et de la recherche (UMR, UMS, EA, etc.), il est composé de services numériques dédiés, d’une plateforme d’accès unifié (ISIDORE) et d’une procédure d’archivage à long terme.

Huma-num se décline en plusieurs consortium qui réunissent plusieurs unités et équipes de recherche autour de thématiques et d’objets communs pour lesquels ils définissent des procédures et standards numériques partagés (méthodes, outils, partages d’expériences) :
* CAHIER- Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche
* COSME - Sources Médiévales
* Archives des ethnologues
* CORLI - Corpus, Langues et Interactions
* Consortium 3D-SHS
* MASA - Mémoires des archéologues et des sites archéologiques
* IMAGEO - Cartes et photographies pour les géographes.

 

Le Cléo
Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) est une Unité mixte de services du CNRS, de l’Université d’Aix-Marseille, de l’EHESS et de l’Université d’Avignon. l développe le portail de sciences humaines et sociales OpenEdition. OpenEdition regroupe quatre plateformes :
* OpenEdition Books, plateforme des livres en sciences humaines et sociales, dont plus de la moitié est en accès ouvert.
* Revues.org, devenue Open Edition Journals en décembre 2017, Plateforme de revues de recherches.
* Calenda, Calendrier scientifique qui répertorie les manifestations scientifiques organisées en France.
* Hypothèses, Plateforme de carnets de recherches (blogs scientifiques).

 

L’Université ouverte des Humanités
L’Université ouverte des Humanités est l’une des sept universités numériques thématiques françaises consacrée aux champs disciplinaires des sciences humaines, des sciences sociales, des lettres, des langues et des arts et propose des ressources numériques pédagogiques libres, validées scientifiquement et techniquement : texte, audio, vidéo, multimédia, etc.

 

Le PIREH (Pôle Informatique de Recherche et d’Enseignement en Histoire) est né dans le cadre de l’UFR d’Histoire de Université Panthéon-Sorbonne, pour développer une pédagogie centrée sur la création d’une formation spécifique en informatique et l’exploitation des bases de données et de corpus textuels pour les historiens.
* Un wiki proposant des ressources, de la documentation et des pas à pas est en ligne.
* Certains des développements logiciels du PIREH sont en ligne sur GitHub
* AnalyseSHS, service en ligne d’analyse de données pour les sciences humaines et sociales :

 

Le Centre d’études supérieures de la Renaissance de l’Université de Tours, est recensé par CenterNet comme un centre de recherche en humanités numériques. Cette recherche se décline autour de plusieurs programmes et projets

 

 

EQUIPEX BIBLISSIMA, Bibliotheca bibliothecarum novissima, observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance, construit grâce au programme des Investissements d’avenir, d’où il est possible, en quelques clics, d’accéder sur le Web à la fois à des entrepôts d’images interopérables, à des bases de données regroupées en cluster et à des éditions électroniques. L’ouverture aux chercheurs de l’accès à divers corpus textuels a bénéficié de la création de la plate-forme de services et de diffusion Telma qui procure en même temps des instruments de recherche nécessaires à leur exploitation, afin de démultiplier les accès à toutes sortes d’informations.

 

Le Ladhul
Le Ladhul, Laboratoire de cultures et humanités digitales de l’Université de Lausanne. Il a pour objectif d’offrir un espace collectif de recherche, de collaboration, d’information et de valorisation scientifiques à tout·e·s les chercheurs·euses de l’UNIL travaillant sur les cultures et humanités digitales. Les axes de recherche du LADHUL convergent vers la thématique générale de la digitalisation des patrimoines lettrés, des archives historiques ou des relations sociales et, plus largement, les pratiques et usages des technologies d’information. Il propose une boîte à outils, PlaTec, une infrastructure de support à la recherche mise à la disposition des chercheurs en SHS de l’Unil par le LaDHUL pour accompagner l’intensification des usages et pratiques numériques dans ces disciplines.

 

Le LUTIN
Le Laboratoire des Usages en Technologies d’Information Numériques (LUTIN - Label FED 4246) est un LIVING LAB européen des Universités Paris 8, Paris 6, de l’UTC, de l’EPHE et d’Universcience, dédié à l’étude des usages des nouvelles technologies dans le cadre de recherches académiques et industrielles, notamment, parmi plus de 40 projets, Medialab développant des méthodes d’analyse et de comparaison de contenu vidéo, le projet PERIPLUS qui se propose de développer de nouveaux paradigmes de navigation dans les corpus multimédia afin de proposer des modes innovants de recherche, de cartographie des résultats et de navigation supportés par l’émergence de nouvelles technologies de traitement des données multimédia, ou l’OPEN SCIENCE RESOURCES (OSR), projet OSR qui consiste à l’élaboration d’une plateforme collaborative permettant l’accès et le partage d’objets scientifiques entre plusieurs Musées et Centres de Sciences en Europe.

 

Humanistica
Humanistica est l’association francophone des humanités numériques, organisation constituante de l’Alliance of Digital Humanities Organizations (ADHO). Elle cherche à réunir autour d’actions communes toutes les personnes intéressées par le mouvement des digital humanities telles qu’elles peuvent s’exercer et se penser en langue française. Ne se limitant pas à être un lieu de débat au sein des humanités numériques, l’association est porteuse de projets concrets et héberge plusieurs groupes de travail. Tandis qu’une revue est aujourd’hui en préparation, un groupe travaille sur un répertoire d’outils.

Infrastructures européennes

L’Union européenne construite deux consortiums : Clarin et Dariah, qui reposent sur la mise en commun des ressources en humanités numériques, dans le cadre d’une coopération européenne.

 

CLARIN (Common Langaguage Ressources and Technology Infrastructure) est spécialisé dans les ressources linguistiques.
CLARIN vise à développer et soutenir la recherche dans le domaine spécifique de la linguistique, et en particulier mettre à disposition des ressources numériques autour du langage. CLARIN propose une plateforme d’échange et de partage des données linguistiques et d’outils informatiques pour la recherche en sciences humaines et sociales et propose des tutoriels pour s’initier aux humanités numériques.

 

DARIAH (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities) est nfrastructure européenne, scientifique et institutionnelle de l’ERIC (European Research Infrastructure) visant à développer et soutenir la recherche dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Chaque pays met à disposition de DARIAH ses réalisations, savoirs, compétences et bénéficie en retour des réalisations, savoirs, compétences offerts par les autres pays. DARIAH constitue ainsi un réseau d’acteurs, d’expertises et de services. DARIAH propose des aides à la recherche de financements pour les projets, des services à destination de la communauté et un travail d’inventaire sur les méthodes et les plates-formes utilisées pour les Humanités numériques en Europe. Les infrastructures de 17 pays (allemandes, hollandaises, françaises...) sont intégrées dans le cadre d’une coopération à l’échelle de l’union européenne. Dariah propose des outils informatiques et une plateforme d’échanges. Elle propose des universités d’été, des workshops et propose des formations en humanités numériques.

 

Le projet H2020 PARTHENOS (2015-2019) vise à promouvoir la définition et l’utilisation de normes communes, à initier des activités en commun, à définir et mettre en œuvre des politiques concertées (cycle de vie des données, notamment dans une optique de réutilisation réelle des données, qualité et de la gestion des DPI), et à développer des services mutualisés et dessolutions partagées dans le domaine des humanités numériques, particulièrement dans les disciplines dont l’objet a un caractère patrimonial.

 

L’ADHO (Alliance of Digital Humanities Organizations, autrefois ALLC, European Association for Digital Humanities), qui prend de plus en plus une dimension internationale, est constitué de :

 

The European Association for Digital Humanities EADH (European Association for Digital Humanities) qui met en commun les ressources en humanités numériques au niveau européen, qu’il s’agisse des applications, des méthodes et de la technologie. Son champ d’action inclut, entre autres, l’histoire de l’art, l’histoire, la linguistique, la littérature, l’étude des manuscrits et la musicologie. Les missions de l’EADH est de représenter les différentes visages des humanités numériques en Europe. Depuis 2015, EADH est membre de l’EASSH(European Alliance for Social Sciences and Humanities), porteur, par exemple, du programme Horizon 2020.
L’ALLC-EADH s’est doté d’un groupe d’intérêt spécialise, Global Outlook qui cherche à étendre la coopération et les échanges autour des humanités numériques.

 

L’ Association for Computers and the Humanities (ACH), fondée en 1978, qui anime un forum permanent entre les acteurs des humanités numériques et a créé des dispositifs intéressant comme DH Answers, permettant de mutualiser les connaissances de la communauté. L’ACH publie la revue reconnue Digital Humanities Quarterly.

 

Canadian Society for Digital Humanities / Société canadienne des humanités numériques (CSDH/SCHN), autrefois Consortium pour ordinateurs en sciences humaines, fondé en 1986 pour regrouper des représentants des collèges et universités canadiennes. Son objectif est de rassembler les collègues engagés dans des activités d’enseignement, de recherche et de création en liaison avec des ressources numériques.

 

CenterNet établit une cartographie du domaine en répertoriant plus de 300 centres de recherches dans le monde, et participe à la structuration du réseau international des centres d’humanités numérique. Cette cartographie permet de repérer les compétences et, si besoin, de les partager. Commence à se construire une communauté dans laquelle circule les idées, les publications et les projets.

 

Australasian Association for Digital Humanities (aaDH) qui structure la recherche en humanités numériques en Australie, Nouvelle Zélande et dans le Pacifique.

 


- Japanese Association for Digital Humanites (JADH)

Infrastructures en Europe

- En Allemagne, l’infrastructure Textgrid est développée par 10 institutions de recherche, financée par le ministère allemand de la Recherche. Elle propose une boîte à outils et des logiciels libres permettant de traiter des corpus de sources textuelles et d’images et d’éditer des documents en XML. Un service d’hébergement et de diffusion des données, Textgrid Repository, est proposé.

- En Suisse et en italie, le projet Joint Research Center for Digital Humanities and Future Cities est le fruit de la collaboration entre l’université Ca’ Foscari de Venise l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Elle donne lieu au projet Digital Humanities Venice.

- Aux Pays-Bas le Data Archiving and Networked Services (DANS), financé par l’Académie royale des Arts et des Sciences, offre un service d’hébergement, de diffusion et d’archivage à long terme des données.