Un regard scientifique sur les monothéismes depuis les origines jusqu’à l’époque moderne


Home > La recherche

Histoire des disciplines : doctrines et institutions

by claire - published on , updated on

Programmes de l’équipe 3

Philosophies et religions

Logique et philosophie naturelle


Éthique


L’histoire des disciplines (logique, philosophie, théologie), au Moyen Âge, comprend indissociablement l’étude des textes et l’étude des conditions matérielles, institutionnelles et pédagogiques dans lesquelles ces textes sont produits. Ces conditions influent sur la constitution et l’évolution des disciplines, ainsi que sur les pratiques d’enseignement et d’écriture. L’histoire des disciplines recouvre ainsi l’histoire de l’enseignement (programmes, pratiques), l’histoire des institutions d’enseignement et l’histoire de la constitution des disciplines. Elle s’intéresse aussi au devenir des disciplines en-dehors des cadres universitaires.

 

RECHERCHE SUR L’ENSEIGNEMENT AUX XIIe ET DU XIIIe

| Étude sur l’enseignement des arts du "quadrivium"

Une étude sur l’enseignement des arts du quadrivium (arithmétique, géométrie, musique, astronomie) dans les écoles du XIIe siècle est parue en 2019 (Irene Caiazzo). Des recherches sur l’Université de Paris au début du XIIIe siècle, notamment sur Amaury de Bène et David de Dinant sont menées en 2020-2021, dans le cadre de son séminaire à l’École pratique des hautes études, "Philosophies dissidentes, censure et hérésie au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècles)".
D’autres recherches, déjà entamées, porteront sur l’enseignement de l’astronomie, notamment sur l’utilisation du livre 8 du De nuptiis Mercurii et Philologiae de Martianus Capella entre XIIe et XIIIe siècle.

| Histoire des institutions d’enseignement au Moyen Âge

Dans son livre intitulé La fondation de l’Université de Paris. Choix de textes traduits (1200-1260) – Médaille Jean-Jacques Berger de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, au titre de l’année 2018 –, Pascale Bermon propose pour la première fois en traduction française les principaux documents attestant de la fondation de l’Université de Paris peu avant l’année 1208 : vingt-deux textes, statuts, lettres et sermons, s’échelonnant sur une période qui s’étend du concile de Latran III (1179) à la fondation de la Sorbonne (1257), parmi lesquels figurent notamment le privilège de Philippe Auguste (1200), le statut de Robert de Courson (1215), la bulle Parens scientiarum (1231), le statut de la Faculté des arts de 1255 et le Livre de conscience de Robert de Sorbon.


HISTOIRE DE LA LOGIQUE

Julie Brumberg-Chaumont prépare une étude sur l’histoire de la logique comme discipline, qui articule une approche interdisciplinaire, ou plutôt "transfacultaire" de la logique, et la prise en compte des différents lieux de savoirs où la logique a pu s’enseigner et se pratiquer au XIIIe siècle. Dans le cadre d’une étude de l’essor de la logique comme norme intellectuelle sociale et anthropologique au XIIIe siècle, elle ne néglige pas non plus la valeur "disciplinaire" de la logique, à l’instar de la grammaire, dans la pensée pédagogique et anthropologique de l’époque.
Julie Brumberg-Chaumont se consacre en outre à une série de publications sur l’histoire de la logique en Italie, sa double histoire, entre universités et studia mendiants, et quelques-unes des figures originales de la redécouverte précoce de l’Organon à la Renaissance, telles que le jeune Jérôme Savonarole (ca 1482) et le professeur confirmé du studio fiorentino, Ange Politien (en 1492). Elle fera fructifier, par une recherche personnelle et la construction d’un projet collectif, la découverte d’un ensemble exceptionnel de huit manuscrits glosés de logique à la bibliothèque laurentienne de Florence, ensemble qui appartient probablement au « noyau ancien » de la bibliothèque franciscaine de Santa Croce, connu pour avoir été fréquenté par Dante lors de sa formation philosophique.


RECHERCHES SUR LES LAÏCS ET LA PHILOSOPHIE DU XIIeSIÈCLE

Irene Caiazzo continuera ses recherches sur les laïcs et la philosophie du XIIe siècle, notamment sur le succès sur la longue durée d’ouvrages philosophiques rédigés au XIIe siècle dans des milieux non universitaires.